De l'Art pédophile dans des parlements européens

Des expositions d’art controversées dans les parlements européens ont de quoi susciter l’inquiétude sur d’éventuelles connexions avec des abus rituels

Depuis les années 80, des témoignages font état d’abus d’enfants largement répandus, souvent associés à des cercles influents, sataniques et rituels. Des révélations choquantes de victimes, thérapeutes, enseignants et policiers mettent en lumière des crimes inimaginables perpétrés par des cercles pédocriminels.

Cependant, une nouvelle dimension de cette controverse émerge à travers des expositions d’art dans des parlements européens, éveillant des préoccupations quant à d’éventuelles connexions avec ces crimes atroces.

lien vidéo

Le Parlement européen sous les feux de la critique

Le 31 janvier dernier, la députée européenne Aurélia Beigneux a soulevé une question préoccupante à la Commission européenne, intitulée « Quand le Parlement européen promeut des œuvres d’art pathologiques impliquant des enfants. » Les œuvres incriminées appartiennent à l’artiste suédoise Lena Birgitta Cronqvist Tunström, exposées dans les couloirs du Parlement européen à Bruxelles.

Les tableaux de Cronqvist suscitent la controverse en représentant des adultes nus à côté d’enfants et de jeunes enfants éviscérés ou mis en bocaux. L’artiste s’inspire indéniablement du macabre, et ses œuvres ont été qualifiées d’extrêmement douteuses. La députée souligne le caractère inapproprié de telles expositions, surtout à une époque où les préoccupations concernant les abus et les crimes contre les enfants sont à leur apogée au sein de l’Union européenne.

L’artiste, décorée de la médaille du prince Eugène par le roi de Suède, a autrefois bénéficié du soutien financier de la BNP Paribas, soulignant ainsi un intérêt marqué des institutions étatiques et financières pour ses œuvres. La question cruciale qui se pose est de savoir si l’artiste est une initiée des sectes satanistes, utilisant ses représentations pour attirer l’attention sur les abus rituels, ou si elle cherche à les rendre acceptables. Jusqu’à présent, aucune réponse claire n’a été apportée.

Le Bundestag allemand et les images troublantes de Bernhard Prinz

Une autre exposition controversée a été identifiée dans les couloirs du Bundestag allemand, signée par l’artiste Bernhard Prinz et intitulée « Chœur d’enfants. » Huit demi-portraits d’enfants aux expressions sérieuses et tourmentées sont présentés. Un collaborateur parlementaire a tiré la sonnette d’alarme en découvrant d’autres œuvres de Prinz, notamment des séries de photos d’enfants et de jeunes adultes.

Les images de Prinz laissent perplexes, certaines montrant des enfants partiellement dévêtus dans une exposition à Linz, en Autriche, arborant des regards profonds et tourmentés. Une image en particulier, sans titre, présente une jeune fille à côté d’une nef d’ossements, évoquant une ambiance macabre et suscitant des interrogations sur son interprétation.

Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles : Roger Ballen et ses photographies morbides

Les Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles abritent une troisième exposition controversée, mettant en vedette les photographies de Roger Ballen, considéré comme l’un des artistes photographes les plus influents du 21e siècle. Ses œuvres, présentes dans plus de 40 collections de musées, traitent officiellement de la psyché humaine, mais contiennent souvent des scènes morbides, impliquant des poupées aux membres coupés et des animaux morts.

Le point crucial est que les œuvres de Ballen symbolisent systématiquement la violence envers les enfants, représentant des poupées de bébé malmenées. Une image en particulier montre une femme en position de soumission devant un être sinistre tenant une coupe rouge sang, évoquant des descriptions de victimes d’abus rituels.

Des questions persistantes et des inquiétudes légitimes

Ces expositions d’art suscitent des inquiétudes légitimes quant à leur présence dans des institutions aussi prestigieuses que le Parlement européen, le Bundestag allemand et les Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles. Les questions qui se posent sont multiples : est-ce une aliénation totale face à ce qui est beau et bon, une naïveté totale envers de tels « arts », ou une tentative délibérée d’introduire des éléments de ces cultes dans la société de manière subtile?

Les œuvres sélectionnées ne représentent qu’une fraction des expositions douteuses, soulignant la nécessité d’une vigilance accrue et d’une enquête approfondie pour comprendre les dessous de ces manifestations artistiques controversées. La protection des enfants doit être la priorité, et toute information pertinente est encouragée à être partagée avec des organisations engagées dans la lutte contre les abus rituels et la protection de la jeunesse.

Vous aimerez aussi

De l’Aluminium dans les vaccins ? Pourquoi ce poison pour notre organisme ?

Adjuvants Aluminiques et Troubles du Neurodéveloppement : Analyse de la Corrélation Potentielle…

L’eau, gardienne de la mémoire et clé de la transformation

L’eau est un élément essentiel à la vie. Elle représente bien plus…

L’Eau, Nouvelle Marchandise des Marchés Financiers

Alors que les prévisions météorologiques affichent en rouge les températures sur les…