pexels photo 6998755
pexels photo 6998755

L’Impact du Rayonnement de Communication Sans Fil sur la Pandémie de COVID-19 : Nouvelles Révélations

Une recherche menée par le United States National Library of Medicine s’est penchée sur un aspect peu exploré de la pandémie de COVID-19 : les effets du rayonnement de communication sans fil sur la propagation du virus. Alors que l’attention s’est principalement portée sur le virus lui-même, cette étude suggère que les facteurs environnementaux ont joué un rôle sous-estimé dans la crise sanitaire.

L’étude, basée sur la triade épidémiologique (agent-hôte-environnement), révèle que le rayonnement ambiant provenant des systèmes de communication sans fil tels que les micro-ondes et les ondes millimétriques pourrait avoir eu une influence sur la pandémie. Le virus responsable de la COVID-19, le SRAS-CoV-2, a fait son apparition à Wuhan, en Chine, peu après le déploiement d’un réseau de radiations de communication sans fil de cinquième génération (5G) dans la ville.

L’équipe de chercheurs a analysé des études scientifiques évaluées par des pairs, mettant en lumière des mécanismes par lesquels le rayonnement de communication sans fil pourrait avoir agi comme cofacteur environnemental toxique dans la pandémie de COVID-19. Les résultats sont frappants :

  • Le rayonnement de communication sans fil pourrait induire des changements morphologiques dans les érythrocytes, favorisant l’hypercoagulation.
  • Il pourrait perturber la microcirculation en exacerbant l’hypoxie, ce qui réduirait les taux d’érythrocytes et d’hémoglobine.
  • Le système immunitaire pourrait être altéré, entraînant une immunosuppression, une auto-immunité et une hyperinflammation accrues.
  • Le rayonnement pourrait accroître le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres, causant des dommages aux vaisseaux sanguins et aux organes.
  • Il favoriserait l’entrée, la réplication et la libération des virus, tout en encourageant les voies pro-inflammatoires.
  • Des impacts négatifs sur le rythme cardiaque et des problèmes cardiaques pourraient également être amplifiés.

En résumé, les chercheurs soulignent que le rayonnement de communication sans fil s’est imposé comme un stress environnemental omniprésent qui a pu contribuer aux conséquences néfastes observées chez les patients atteints de SRAS-CoV-2 et aggraver la gravité de la pandémie. Par conséquent, il est vivement recommandé à tous, particulièrement à ceux infectés par le SRAS-CoV-2, de réduire leur exposition aux rayonnements de communication sans fil dans la mesure du possible, en attendant que de nouvelles recherches apportent des éclaircissements sur les effets à long terme de cette exposition sur la santé.

Cette étude remet en question notre compréhension actuelle de la pandémie de COVID-19 en mettant en avant le rôle potentiel des facteurs environnementaux, en particulier le rayonnement de communication sans fil, dans la propagation et la sévérité de la maladie. Des mesures visant à minimiser l’exposition à ces radiations pourraient jouer un rôle crucial dans la prévention et la gestion de futures crises sanitaires similaires.

Lien vers l’étude

Vous aimerez aussi