Les Mystères d'Al-Ubaid À la Recherche de Réponses sur Sumer-3200-x-1800-1024x576

Après les dieux sumériens, À la Recherche de Réponses sur Les Mystères d’Al-Ubaid et des figurines “hommes-lézards”.

Les découvertes à Al-Ubaid et les énigmatiques figurines d’hommes-lézards ne sont que l’un des nombreux chapitres passionnants de l’histoire ancienne de la Mésopotamie. Alors que nous nous penchons sur ces découvertes intrigantes, nous sommes confrontés à un passé ancien et complexe qui continue de susciter des questions et des mystères.

Une Culture Ancienne Révélée

La découverte d’Al-Ubaid a révélé une culture ancienne jusqu’alors méconnue, offrant un aperçu fascinant de la Mésopotamie antique. Au cœur de cette énigme archéologique se trouvent des sculptures d’hommes-lézards, des céramiques peintes et des tablettes proto-élamites, autant d’artefacts qui témoignent de la sophistication de cette société ancienne.

Les Annunakis1

Ce qui rend Al-Ubaid d’autant plus captivante, c’est la révélation d’une société avancée pour son époque. Les constructions sophistiquées, les sanctuaires sumériens archaïques et les systèmes d’irrigation agricole dénotent une communauté bien organisée et prospère.

L’une des découvertes les plus intrigantes est le développement de l’écriture pictographique. Les tablettes proto-élamites et pictographiques trouvées à Jemdet-Nasr laissent entrevoir les premiers stades de l’écriture, soulevant ainsi des questions sur la communication et la transmission du savoir à cette époque ancienne.

Cependant, malgré ces révélations passionnantes, Al-Ubaid pose encore de nombreuses questions. Qui étaient les habitants de cette période ? Quelles étaient leurs croyances religieuses, leurs coutumes et leur organisation sociale ? Quel était leur héritage culturel et comment a-t-il influencé les civilisations ultérieures ?

La découverte d’Al-Ubaid rappelle que notre connaissance de l’histoire humaine est constamment en évolution. Alors que nous aspirons à coloniser l’univers, nous sommes également encouragés à explorer les profondeurs de notre propre passé. Al-Ubaid est un rappel que des trésors cachés de connaissances et d’histoires attendent d’être découverts, et que l’exploration de notre propre histoire est tout aussi captivante que celle de l’univers.

En fin de compte, Al-Ubaid demeure un mystère en grande partie non résolu, mais c’est précisément ce mystère qui alimente notre curiosité et notre désir de poursuivre les fouilles archéologiques et la recherche. Chaque découverte à Al-Ubaid nous rapproche un peu plus de la compréhension de cette culture ancienne qui, bien que lointaine dans le temps, continue de nous intriguer et de nous inspirer à percer ses secrets.

La Dispersion de la Culture Sumérienne

La dispersion de la culture sumérienne est une histoire fascinante qui s’est déroulée sur les terres ancestrales de la Mésopotamie. Cette culture ancienne a laissé une empreinte durable sur la région, mais sa diffusion et son influence se sont étendues bien au-delà des frontières de la Mésopotamie. Voici comment s’est opérée cette dispersion de la culture sumérienne.

tablette-Les-Mysteres-dAl-Ubaid-A-la-Recherche-de-Reponses-sur-Sumer

Les Premiers Vestiges à Tello

Tout a commencé avec les fouilles menées par l’archéologue français De Sarzec à Tello entre 1877 et 1881. Ces fouilles ont révélé les premiers monuments de la culture sumérienne, ouvrant ainsi la voie à une exploration plus approfondie de cette civilisation.

La Découverte d’Adab et de Nippour

Un buste en provenance d’Adab

D’autres sites de la Mésopotamie antique, tels qu’Adab (l’ancienne Bismya) et Nippour, ont également révélé des artefacts et des monuments sumériens de grande importance.

Des missions archéologiques en Perse et en Assyrie ont montré que la culture sumérienne s’était dispersée dès les débuts de l’histoire en Élam et dans la future Assyrie.

Ces régions ont été marquées par l’influence culturelle sumérienne, ce qui a contribué à façonner leur développement ultérieur.

Ces découvertes ont montré que la culture sumérienne était profondément enracinée dans la région mésopotamienne.

Élargissement de l’Influence en Élam et en Assyrie

Les Recherches à Kish

Les recherches menées par St. Langdon à Kish (aujourd’hui El Oheimir) ont prouvé que la civilisation du pays d’Akkad, où prévaudra plus tard l’influence sémitique, avait des racines sumériennes. Cela a souligné l’ampleur de la dispersion de la culture sumérienne dans la région mésopotamienne.

Les Fouilles à Al-Ubaid

Les fouilles entreprises à Al-Ubaid depuis 1922 par le British Museum et le musée de l’Université de Pennsylvanie ont confirmé ces résultats et les ont étendus. Elles ont révélé des vestiges d’une période sumérienne archaïque, y compris un sanctuaire et des cimetières très anciens.

L’Énigme des Crânes d’Al-Ubaid

Les fouilles d’Al-Ubaid ont également soulevé des questions sur l’origine ethnique des habitants de cette région. Les crânes trouvés dans les cimetières ont été étudiés par Sir A. Keith, qui a conclu que les premiers crânes représentaient les Sumériens, tandis que les suivants représentaient un rameau moins évolué de la même race.

Retenons juste que la dispersion de la culture sumérienne a laissé une empreinte indélébile sur la Mésopotamie antique et ceux qui vont vivre dans cette région.

Les Zones d’Ombre dans l’Histoire

Les figurines énigmatiques découvertes dans le cadre de la civilisation Ubaidienne, telles que celles représentant des personnages masculins et féminins avec des caractéristiques ressemblant à des lézards, demeurent un mystère non résolu.

DIEUX-SUMERIENS-Les-Mysteres-dAl-Ubaid-A-la-Recherche-de-Reponses-sur-Sumer

Malgré les avancées dans notre compréhension de cette ancienne culture mésopotamienne, ces artefacts suscitent encore de nombreuses interrogations et représentent l’une des nombreuses zones d’ombre dans l’histoire de cette civilisation.

Les caractéristiques distinctives de ces figurines comprennent de longues têtes, des yeux en amande, des visages effilés et un museau en forme de lézard. La plupart des figurines portent des casques et semblent avoir un rembourrage sur les épaules, tandis que certaines représentent des personnages tenant des bâtons ou des sceptres, peut-être en tant que symbole de justice et d’autorité. Ce qui rend ces figurines encore plus mystérieuses, c’est que certaines statues féminines tiennent des nouveau-nés, et ces nouveau-nés sont eux-mêmes représentés sous une forme ressemblant à des lézards.

Contrairement à certaines autres cultures anciennes où le serpent était un symbole important lié à divers dieux, de nombreux archéologues doutent que ces créatures ressemblant à des lézards aient été vénérées comme des divinités. La signification exacte de ces figurines de lézard reste donc un mystère non élucidé, témoignant ainsi des nombreuses questions sans réponse qui subsistent dans l’étude de la civilisation Ubaidienne.

Le Besoin de Continuer à Explorer

L’histoire ancienne est souvent parsemée de mystères, et les découvertes à Al-Ubaid ne font que souligner l’ampleur de ce que nous ne savons pas encore. Les archéologues continuent de travailler sur ce site, cherchant à percer les secrets des hommes-lézards et de la culture sumérienne. Chaque nouvelle découverte nous rapproche un peu plus de la compréhension de ces énigmes du passé.

Les figurines d’hommes-lézards d’Al-Ubaid sont un rappel puissant que notre histoire est bien plus complexe et fascinante que ce que nous pouvons imaginer. Elles nous encouragent à poursuivre nos efforts pour explorer les zones d’ombre de notre passé et à rester ouverts à de nouvelles découvertes qui pourraient un jour révéler les secrets des civilisations anciennes.

En fin de compte, alors que nous explorons ces mystères d’Al-Ubaid et débattons des découvertes fascinantes qui y ont été faites, il est important de garder à l’esprit que même si certaines réponses restent insaisissables, cela ne diminue en rien l’importance de notre quête pour comprendre les habitants de cette époque et de cette région.

Alors que nous envisageons l’exploration de l’univers, nous sommes également rappelés qu’il y a tant de choses à découvrir sur notre propre passé, des découvertes qui pourraient éclairer notre compréhension du monde ancien et de l’humanité.

Il existe plusieurs volumes consacrés aux travaux archéologiques à al-‘Ubaid et à la région environnante. Le premier volume, intitulé ‘I. Al-‘Ubaid,’ contient un rapport sur les travaux effectués à al-‘Ubaid pour le British Museum en 1919, ainsi que pour l’expédition conjointe en 1922-3, rédigé par HR Hall et CL Woolley.

Le deuxième volume, ‘Le cimetière royal‘ présente un rapport sur les tombes prédynastiques et sargonides fouillées entre 1926 et 1931, également rédigé par CL Woolley en 1934. Ce volume est composé de textes et de planches illustratives.

Le troisième volume, ‘Impressions de sceaux archaïques’ est l’œuvre de L. Legrain, avec une note introductive de Leonard Woolley. Enfin, le cinquième volume, ‘La Ziggourat et ses environs,’ est rédigé par Leonard Woolley.

A Voir

Les Annunakis : Découverte des Créateurs de l’Humanité

Vous aimerez aussi

Damanhur : À la découverte de la communauté spirituelle italienne intrigante

Damanhur : À la découverte de la communauté spirituelle italienne intrigante source…

L’opération Paperclip : Quand les scientifiques nazis ont trouvé refuge aux États-Unis

L’opération Paperclip était un programme secret américain visant à recruter et à…

Le meurtre de Nicolas II et de sa famille : Réactions, dissimulation et héritage historique

Après l’abdication de Nicolas II du trône de Russie en mars 1917,…