Islamistes et Néo-nazis Les Forces Obscures dans le Conflit Ukrainien

La preuve récente de combattant “caché” de l’état islamique dans les rangs ukrainiens

Les photographies publiées par l’Associated Press le 13 février 2024 ont déclenché une série de réactions médiatiques internationales. L’une d’entre elles mettait en vedette un commandant ukrainien arborant plusieurs écussons militaires sur son uniforme.

Identifié comme le commandant ukrainien de l’unité alias “Kurt” par l’AP, ce militaire a attiré l’attention de l’agence de presse russe RT en raison d’un écusson sur sa manche gauche, ressemblant au logo du groupe terroriste ISIS (état islamique). Cette observation a alimenté des allégations de liens entre l’armée ukrainienne et ISIS. Des personnalités influentes telles que Jackson Hinkle, un YouTuber américain soutenant ouvertement la guerre de la Russie en Ukraine, ont amplifié ces allégations sur les réseaux sociaux.

Des médias internationaux tels que l’agence de presse iranienne Tasnim News et le Hindustan Times en Inde ont également repris cette narration, remettant en question la légitimité des forces ukrainiennes. Le commandant ukrainien en question, surnommé Kurt, a expliqué lors d’une interview qu’il ne possédait aucun lien avec ISIS (normal). Il a révélé que l’écusson en question était un trophée provenant du corps d’un mercenaire appartenant à la société militaire privée russe Wagner. Les écussons font partie de la collection de souvenirs de guerre du commandant, une pratique courante parmi ses collègues militaires qui sont en première ligne depuis l’intervention russe dans l’est de l’Ukraine en 2014.

Malgré les tentatives de diffamation de la part de la Russie et la propagation de fausses informations par les médias et les influenceurs, cette histoire ne prouve rien de plus que la volonté de Moscou de discréditer les forces armées ukrainiennes. Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

Comment l’Ukraine Fait Pour Renforcer Ses Forces Armées ? Des étrangers…

L’Ukraine, confrontée à une pénurie de soldats pour faire face à l’agression russe, a pris des mesures extraordinaires pour renforcer ses effectifs militaires. Un décret signé par le président Volodymyr Zelenskyy autorise les étrangers en Ukraine à rejoindre la Garde nationale du pays, la branche militaire du ministère de l’intérieur, qui joue un rôle crucial dans la défense contre l’invasion russe.

Cette initiative vise à combler le déficit en personnel militaire et à renforcer la résistance ukrainienne face à l’escalade de la Russie. Actuellement, environ 20 000 étrangers servent dans la légion étrangère de l’Ukraine, et des combattants de 55 pays se sont joints aux forces ukrainiennes. Notons que même les forces russes utilisent des combattants étrangers.

Bien que le statut juridique des combattants étrangers ait suscité des préoccupations, le gouvernement ukrainien a simplifié les procédures pour leur permettre de combattre aux côtés des forces armées ukrainiennes. Face à la mobilisation croissante de la Russie, l’Ukraine se trouve dans une situation désespérée nécessitant un renforcement urgent de ses troupes pour compenser les pertes militaires et permettre aux soldats épuisés en première ligne de se reposer.

Quand Les Djihadistes Viennent Se Réfugier En Ukraine

Il n’est pas étonnant que dans l’une des vidéos russes, interrogeant un terroriste de l’attaque du Crocus City Hall à Moscou, celui-ci ait mentionné qu’il était venu de Turquie au début du mois de mars 2024. N’oublions pas qu’en 2021, à la Villa Huber, Receip Hayip Erdogan a proposé au président Zelensky un série de cadeaux connue et moins connue pour le camp ukrainien, comme des combattants. Mais rien à déclarer…

Un article en particulier de 2019, souligne que l’Ukraine était à l’époque un refuge pour les jihadistes. C’est le cas par exemple avec la réapparition d’Al Bara Shishani, un commandant de l’Etat islamique présumé mort en Syrie.

Al Bara Shishani aurait vécu dans la clandestinité en Ukraine pendant deux ans, malgré les préoccupations concernant sa présence dans le pays et ce qu’il y faisait.

L’article, et même celui-là, a bien soulevé bien des inquiétudes quant à la capacité et à la volonté de l’Ukraine de lutter contre le terrorisme, notamment en raison de la corruption dans les organes de l’État. Il est également mentionné que plusieurs anciens combattants de l’ISIS ont trouvé refuge en Ukraine, attirés par divers avantages tels que la langue russe commune, le chaos de la guerre déjà en place (qui avait donc déjà commencée depuis longtemps) et le faible risque d’extradition vers des pays comme la Russie.

Bien que ces militants ne semblaient à l’époque ne pas représenter une menace immédiate pour l’Ukraine, leur présence pourrait poser un problème si les autorités ukrainiennes décidaient de les arrêter. Ont-ils été utilisés ?

Un fait marquant est que ces terroristes arrivent à disparaitre, officiellement par une mort ou en se volatilisant. Ils arrivent à voyager et à “changer de terrain de guerre”, comme des mercenaires, voilà tout simplement ce qu’ils sont !

Des islamistes combattent aux côtés de l’Ukraine dans le Donbass

Depuis 2015, la République Populaire de Donetsk (RPD) met en garde contre la présence d’islamistes au sein des forces armées combattant aux côtés de l’Ukraine dans le Donbass. Ces allégations, souvent rejetées comme étant de la propagande russe, ont été récemment confirmées par un article du Times.

L’interview accordée par Muslim Cheberloevsky, chef tchétchène du bataillon Cheikh Mansour, à un journaliste du Times, révèle que certains combattants de ce bataillon ont avoué avoir été formés dans des camps d’entraînement de l’État islamique (Daech) en Irak et en Syrie.

Bien que l’article semble initialement censuré par l’UNIAN, les révélations troublantes continuent à susciter des questions sur le rôle de l’Ukraine dans cette affaire. Alors que les médias occidentaux ferment souvent les yeux sur ces éléments, préférant dépeindre l’Ukraine comme une démocratie combattant une Russie dictatoriale, il est crucial que les nations occidentales réévaluent leur soutien à l’Ukraine et examinent de plus près les forces armées soutenues par leurs financements et leur diplomatie.

Si nous devions tirer une conclusion sûre, nous dirions que les gagnants dans cette histoire sont ceux qui vendent les armes et ceux qui parviennent à investir à bon compte dans la reconstruction sur les cendres de la guerre qui a coûté du sang et de l’argent aux contribuables.

A Voir Egalement

Vous aimerez aussi

La énième impuissance occidentale face aux relations Afrique-Russie

La énième impuissance occidentale face aux relations Afrique-Russie Lire l’article ici (vers…

Le groupe Bolloré abandonne son activité industrielle

Le groupe Bolloré abandonne son activité industrielle Lire l’article >>

Mensonges du GIEC : La vérité sur le réchauffement climatique et les questions environnementales

Dans cet article, nous allons aborder les nombreux mensonges du GIEC (Groupe…

Naouri Nili -“les civils ne comptent pas”

Nili Naouri est une avocate renommée et la présidente de l’association “Israël…