Pass Sanitaire Mondial Menaces pour la vie privee et la souverainete nationale selon les experts
Pass Sanitaire Mondial Menaces pour la vie privee et la souverainete nationale selon les experts

Le partenariat entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Commission européenne pour la création d’un Pass Sanitaire Mondial a suscité des inquiétudes croissantes. Les experts mettent en garde contre les risques potentiels que cela représente pour la vie privée des individus et la souveraineté des nations. Cet article critique examinera les implications de ce projet et soulignera les conséquences possibles en se basant sur les avertissements émis par les experts.

  • Protection de la vie privée menacée: L’un des principaux sujets de préoccupation entourant le Pass Sanitaire Mondial est la protection de la vie privée. Les experts soulignent que malgré les assurances de respect de la confidentialité des données, il existe des inquiétudes légitimes quant à la collecte, la conservation et l’utilisation des informations personnelles des individus.

Par exemple, les données biométriques telles que les empreintes digitales ou la reconnaissance faciale pourraient être stockées et utilisées de manière inappropriée, ou encore les données de localisation pourraient être surveillées en temps réel, compromettant ainsi la vie privée des individus.

  • Transfert de souveraineté nationale: Le partenariat pour le Pass Sanitaire Mondial soulève également des préoccupations quant à la souveraineté nationale. Certains experts s’inquiètent du fait que l’OMS, en tant qu’organisation internationale, pourrait prendre le contrôle des décisions sanitaires des gouvernements nationaux une fois qu’une pandémie est déclarée. Cela pourrait limiter la capacité des gouvernements à prendre des mesures adaptées à leur situation spécifique et à protéger les droits et intérêts de leurs citoyens.
  • Potentiel d’abus et de discrimination: Le déploiement d’un Pass Sanitaire Mondial pourrait également conduire à des abus et à des discriminations. Il existe des inquiétudes quant à l’utilisation injuste de ce système pour restreindre les droits et libertés des individus. Par exemple, certaines professions ou catégories de personnes pourraient être désavantagées ou exclues de certaines activités sur la base de leur statut vaccinal ou de leur historique médical. Cela soulève des questions sur l’équité et l’égalité d’accès aux services et aux opportunités pour tous.

Le partenariat pour le Pass Sanitaire Mondial entre l’OMS et la Commission européenne suscite des préoccupations légitimes quant à la protection de la vie privée et à la souveraineté nationale.

Il est essentiel de prendre en compte les avertissements émis par les experts et d’évaluer attentivement les conséquences potentielles d’un tel système. Une approche équilibrée et respectueuse des droits individuels et des intérêts nationaux est nécessaire pour préserver la confiance du public et garantir une gestion responsable des crises sanitaires.

Le traité de l’OMS sur les pandémies dicte TOUS les domaines de la vie” – vidéo kla.tv

Suivre Vérité révélée

VK | Odysee | Twitter | Telegram

Les enjeux du traité international de préparation aux pandémies de l’OMS : Souveraineté nationale et préoccupations éthiques.


Fin 2021, les 194 États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont mis d’accord, lors d’une réunion spéciale, pour élaborer d’ici 2024 un traité international visant à se protéger contre les crises futures dues à des maladies infectieuses. Ce « traité international de préparation aux pandémies » doit prétendument garantir la protection sanitaire de l’humanité.

Cependant, le Dr Vincent Carroll, médecin de santé publique et président du Centre ARC pour la lutte contre le cancer, tire la sonnette d’alarme. Ce qui se veut philanthropique s’avère être un instrument de déshumanisation totale. Mais comment ?

« Il s’agit d’un traité auquel 190 pays participent et dans lequel toutes les futures pandémies peuvent être classées ou définies en beaucoup, beaucoup de manières différentes. Donc pas seulement les maladies infectieuses, mais aussi les pandémies de maladies cardiaques et de cancer. La définition peut donc être très, très large. Mais en fin de compte, cela signifie que dès qu’une (telle) pandémie est déclarée, l’Organisation mondiale de la santé prend les commandes et annule les décisions des gouvernements souverains. En d’autres termes, la souveraineté est entièrement transférée à une organisation internationale mondialiste appelée Organisation mondiale de la santé. Et l’Organisation mondiale de la santé est déterminée à y parvenir d’ici mai 2024. »

Citation du Dr Vincent Carroll

Le journaliste d’investigation indépendant James Corbett explique que le traité de l’OMS sur les pandémies est une attaque directe contre la souveraineté des États membres ainsi qu’une attaque directe contre leur autonomie physique.

Voici un scénario fictif : selon l’OMS, les statistiques pourraient montrer que l’infarctus du myocarde est en hausse et qu’il doit être déclaré pandémie car il menacerait l’humanité. La nouvelle IA de santé de l’OMS fait des projections pour en déterminer les causes. Dans cet exemple fictif : consommation générale de viande trop élevée. Et du jour au lendemain, la consommation de viande serait réduite. Comment ? Par décret international de l’OMS, comme pour le port du masque ou les interdictions de sortie et de réunion. La monnaie numérique pourrait en outre être bloquée pour la viande.

Car, comme l’explique l’expert financier Ernst Wolff, l’argent numérique n’est pas un moyen de paiement à part entière, mais un moyen de paiement « conditionnel », c’est-à-dire qui peut être limité. Comme alternative à la viande, l’OMS pourrait alors, sur la base des extrapolations de son IA santé, prescrire de force des protéines « saines » modifiées issues d’insectes, comme les règlements actuels de l’UE le laissent déjà entrevoir de manière sinistre.

Vous aimerez aussi

L’épuisement des stocks d’armes de l’UE : Un défi majeur face à la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine épuise les stocks d’armes de l’Union européenne, selon…

Ne serait-il pas temps de se secouer un peu ?

Ne serait-il pas temps de se secouer un peu ? Lire l’article…

Des combattants internationaux dans les rangs de Tsahal à Gaza : une réalité complexe

Les forces de Tsahal à Gaza ne sont pas composées uniquement de…

Le préfet de police de Paris insulte l’Algérie

Le préfet de police de Paris insulte l’Algérie Lire l’article >>