[ad_1]

  1. Campagne de dons Janvier 2023

    Chers amis lecteurs. 2023 devrait être une année majeure dans le dévoilement de tous les mensonges qui ont permis à certaines puissances de prendre le contrôle de toute l’humanité. Le Great Reset aura peut-être bien lieu cette année, mais pas comme le voudrait le WEF de Davos. En parallèle des guerres économique et militaire, la guerre médiatique est de plus en plus virulente et la nécessité pour les médias alternatifs d’être prêts à y faire face est plus qu’urgente. A Réseau International, nous avons décidé de passer à une étape supérieure avec tous les moyens nous permettant d’être au rendez-vous des grands chamboulements qui nous attendent. Pour cela, nous avons besoin de vous et de votre soutien.

    Total de dons 19 648,00 € sur un objectif de 25 000,00 €

par Giacomo Gabellini

Le 20 janvier, les 40 pays réunis sur la base de l’OTAN à Ramstein ont défini la quantité et le type de systèmes d’armes à fournir à l’Ukraine. Plus précisément, les États-Unis se sont engagés à livrer des systèmes mobiles Avenger, des véhicules à roues Stryker, Mrap et Hummer, des véhicules blindés M-2 Bradley et près de 300 000 munitions pour les canons dont ils sont équipés, des missiles antichars Tow, des munitions pour les systèmes Nasams et Himars, des mines antipersonnel Claymore M-18 et des dizaines de milliers de munitions d’artillerie de 105, 120 et 155 mm. La contre-valeur – 2,5 milliards US$ – des armes envoyées dans le cadre de ce nouveau paquet porte le montant total de l’assistance militaire fournie par les États-Unis à l’Ukraine à quelque 24,7 milliards US$. Dans le calcul, il faudra également inclure les 31 chars M-1 Abrams de fabrication américaine qui, selon les déclarations du Pentagone et du président Biden, devraient arriver en Ukraine à l’automne 2023.

Tout aussi impressionnante est la quantité de soutien fournie par la Grande-Bretagne, qui comprend 14 chars Challenger-2, des véhicules blindés Crarrv, des chenillettes de combat Bulldog et Spartan, des hélicoptères Sea King, des drones, des missiles Starstreak, Araam et Brimstone, des obusiers automoteurs de 155 mm et divers types de munitions.

Autour de la Pologne, cependant, un grand nombre de chiffres émergent, à commencer par ceux relevant des pays baltes : l’Estonie a prévu d’envoyer des obusiers de 155 et 122 mm, ainsi qu’un grand nombre de munitions et d’armes antichars ; la Lettonie s’est engagée non seulement à fournir des missiles Stinger, des hélicoptères Mi-17, des drones, des mitrailleuses et des pièces détachées, mais aussi à former 2000 soldats ukrainiens supplémentaires, qui seront déployés dans les pays baltes. 2000 soldats ukrainiens en plus des 1000 formés l’année dernière, tandis que la Lituanie enverra des canons antiaériens de 40 mm, des hélicoptères Mi-8 et des pièces de rechange.

La contribution de la République tchèque porte sur la fourniture d’obusiers automoteurs de 155 mm, tandis que celle du Canada concerne la livraison de 200 véhicules Senator, plus une batterie de défense aérienne Nasams. Les Pays-Bas, pour leur part, ont mis deux batteries Patriot à la disposition de l’Ukraine, tandis que la Suède, qui voit ses perspectives d’adhésion à l’OTAN contrariées par le veto provisoire de la Turquie, a prévu d’envoyer des véhicules chenillés Cv-90, des obusiers de 155 mm et des lance-roquettes Nlaw. La Finlande, dont l’appartenance à l’Alliance atlantique ne tient également qu’à un fil, s’est contentée de préciser la contre-valeur (400 millions d’euros) des équipements de guerre livrés à Kiev sans entrer publiquement dans les mérites des types d’armes fournis. Un peu comme l’Italie, qui n’a pas fourni de détails sur l’assortiment du dernier paquet d’assistance militaire à l’Ukraine, qui devrait néanmoins inclure le système de défense aérienne Samp-T. Le Danemark, au contraire, est même allé jusqu’à se priver de ses 19 canons automoteurs Caesar de 155 mm qui avaient été commandés à la France pour remplacer les obusiers du même calibre déjà livrés à l’Ukraine au cours des mois précédents. « C’est le premier cas dans lequel une armée de l’OTAN s’est totalement privée de ses capacités dans un secteur spécifique (en l’occurrence l’artillerie) afin de fournir tous ses moyens à Kiev », souligne Defence Analysis.

Le cas du Danemark est un cas extrême mais très révélateur des énormes difficultés que rencontrent tous les États membres de l’OTAN se rangeant du côté de Kiev pour faire face au rythme effréné du conflit russo-ukrainien. C’est-à-dire une guerre sensiblement symétrique, compte tenu de la contribution décisive en termes militaires et de renseignement assurée à l’Ukraine par l’Alliance atlantique, et d’une très haute intensité, impliquant une gigantesque profusion de moyens et de ressources. Selon les confidences faites par un représentant de haut rang de l’OTAN au New York Times concernant la situation le long de la « ligne de contact » dans le Donbass au cours de l’été 2022, les Ukrainiens tiraient quelque chose comme 6000 à 7000 obus d’artillerie par jour ; les Russes, 40 000 à 50 000. Au cours des 20 ans d’opération militaire de l’OTAN en Afghanistan, pas plus de 300 obus d’artillerie par jour ont été tirés. Actuellement, avec ses 15 000 obus d’artillerie fabriqués chaque mois, même le puissant « complexe militaro-industriel » américain ne peut suivre le rythme du conflit. Sans parler des nations européennes, dont la production industrielle inadéquate à des fins de guerre les a obligées à puiser dans les réserves stratégiques au point de mettre en péril leur propre capacité défensive pour satisfaire la demande insatiable d’armes de Kiev. En fait, ce n’est pas seulement la « ferraille » qui est sacrifiée, dont les composants sont néanmoins prélevés pour être recyclés en pièces détachées pour des moyens plus avancés, mais aussi des systèmes d’avant-garde à disponibilité limitée comme les Samp-T italiens. Sans parler des chars d’assaut ; à la veille du déclenchement de la guerre, l’Allemagne, la France et l’Italie réunies disposaient de moins de 4000 chars (dont 800 opérationnels), contre plus de 10 000 (dont 3330 opérationnels) en possession de la Russie.

Le point de vue des États-Unis (militaire)

Ce n’est pas une coïncidence si les États-Unis ont mis en œuvre la fabrication ex-nihilo de chars Abrams destinés à l’Ukraine, conformément au double objectif de fortifier le très influent « complexe militaro-industriel » et de préserver en même temps les stocks de systèmes d’armes jugés vitaux pour la gestion d’autres crises internationales telles que celle centrée sur Taïwan. Combinée à la désarticulation des chaînes d’approvisionnement mondiales qui s’est produite à la suite de la pandémie de Covid-19, la nécessité de réapprovisionner les arsenaux ukrainiens a également entraîné l’accumulation de retards importants dans la fourniture de matériel de guerre à Formose. Il est question de livraisons manquantes d’une valeur totale de 14,2 milliards US$, notamment des chasseurs F-16, des avions de reconnaissance Ms-110, des obusiers Paladin et des missiles Patriot, Stinger, Harpoon et Slam-Er.

Cela crée les conditions d’une augmentation substantielle de la production industrielle que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a réclamée avec force, non seulement pour soutenir l’effort militaire ukrainien, mais aussi pour reconstituer les réserves stratégiques des États membres de l’Alliance atlantique, étant donné l’épuisement des stocks de systèmes d’armes, de munitions et de pièces détachées de fabrication soviétique à envoyer à Kiev. C’est la direction déjà prise par les membres européens de l’OTAN, qui ont voté de manière compacte pour aligner les dépenses militaires sur la limite minimale du Pacte atlantique (l’Allemagne a même voté une augmentation de 100 milliards d’euros des dépenses militaires). Les entreprises de guerre du « vieux continent » telles que Krauss-Maffei Wegmann, Rheinmetall et Leonardo-Finmeccanica ont également déménagé, organisant une augmentation de la production de chars et de radars dans le sillage des excellents résultats obtenus après le déclenchement du conflit russo-ukrainien.

Mais pour que le conflit prenne une tournure solidement favorable à Kiev, un effort généralisé beaucoup plus intense est nécessaire, impliquant avant tout une ponction drastique et continue des ressources vers le secteur de la défense pour la faire accepter par une opinion publique appauvrie qui adhère de moins en moins à la ligne de confrontation avec la Russie promue par l’OTAN. En date du 24 février 2022, plus précisément, l’UE a envoyé des fournitures militaires à l’Ukraine pour un montant d’environ 30 milliards d’euros. Toutefois, ce montant pourrait atteindre environ 50 milliards si la structure de l’UE respectait l’engagement pris par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de livrer à Kiev des équipements de guerre d’une valeur de 18 milliards d’euros d’ici 2023.

L’Union européenne acculée

D’autre part, la fourniture de matériel de guerre capable de mettre l’Ukraine en mesure de résister au choc russe présuppose le parfait fonctionnement de chaînes d’approvisionnement adéquates pour l’Union européenne. La dépendance nette à l’égard de l’étranger pour l’accès aux matières premières, combinée à l’éviction du fournisseur principal russe, oblige le « complexe militaro-industriel » du « vieux continent » à s’engager dans une recherche effrénée de canaux alternatifs, ce qui se traduit par des délais de livraison plus longs – que l’Ukraine ne peut absolument pas se permettre – et une augmentation des pressions inflationnistes sur les matières premières destinées à se décharger inexorablement sur les coûts de production.

Les difficultés colossales auxquelles est confrontée l’industrie européenne de l’armement et le rapport de force déséquilibré au sein de l’OTAN laissent penser que le « keynésianisme militaire » prévu par l’Union européenne se traduira par un déluge de systèmes d’armes américains sur le « vieux continent » qui, combiné à l’afflux massif de gaz naturel liquéfié américain à des prix exorbitants, contribuera à corriger le lourd déséquilibre commercial entre les deux côtés de l’Atlantique. L’augmentation du prix de l’énergie et des matières premières prive le « vieux continent » de sa compétitivité et pousse les industries européennes à déplacer leur production vers les États-Unis, où le coût beaucoup plus faible des intrants est combiné à des incitations à la délocalisation nationale fournies par des réglementations telles que la loi sur la réduction de l’inflation, adoptée par le Congrès et promulguée par Biden en août 2022.

La réindustrialisation des États-Unis semble donc passer par le sacrifice des vassaux européens qui, hormis quelques protestations tardives et insignifiantes, assistent passivement non seulement à leur propre désertification manufacturière, mais aussi à une sortie incessante de capitaux qui a ponctuellement atténué – de près de 2000 milliards de dollars en seulement huit mois – la position financière nette américaine. L’instauration d’un climat financièrement défavorable sur le théâtre européen à la suite du conflit russo-ukrainien, que les États-Unis ont fomenté par tous les moyens à leur disposition, a en effet stimulé la sortie de liquidités du « vieux continent ». En septembre, Isabella Rosenberg de Goldman Sachs a souligné que l’Europe avait perdu des capitaux d’investissement de manière ininterrompue pendant 24 semaines, dont une grande partie avait été redirigée précisément vers le « refuge » américain en réduisant ses engagements à l’étranger.

source : Arianna Editrice via Euro-Synergies

[ad_2]
Lire l’article ici (vers la source)>>



Vous aimerez aussi

Coupe du monde au Qatar : L’onde de choc

[ad_1] Campagne de dons Janvier 2023 Chers amis lecteurs. 2023 devrait être…

Dérives totalitaires au Sénégal : SAUVER LE JOURNALISTE PAPE ALE NIANG ! (Par l’analyste Sidy Touré)

[ad_1] (Une contribution de l’analyste Sidy Touré, basé aux Etats-Unis) Excellente lecture …

Deux blessés graves à Nantes le 1er Mai: «On se rapproche d’un contexte de guerre»

Deux blessés graves à Nantes le 1er Mai: «On se rapproche d’un…

Les premières impressions sur la tragédie soudanaise

Les premières impressions sur la tragédie soudanaise [ad_1] Lire l’article >>