TechnologiesI.A & Digital

Les robots, l’avenir des humains ?

Lien vidéo

Le Top des robots selon TFLEX TECH

Les femmes robots, l’avenir des humains ? Voici un classement des femmes robots existants à l’heure actuelle

Fermez les yeux : réveillez-vous, souriez et harmonie, le robot sexuel de la société californienne Rio Buttocks est en développement depuis 2016. Il peut raconter des blagues, parler vulgairement et faire des bruits et des expressions faciales réalistes pendant les rapports sexuels.
Le robot Harmony fonctionne en se connectant via Bluetooth et Wi-Fi à une application Android d’intelligence artificielle appelée Harmony. Ai. Tout le monde peut télécharger l’application Harmony AI sur son smartphone, créer un avatar et commencer à construire une relation avec son amant virtuel.
La robotique prétend que l’harmonie, l’IA est capable d’apprendre ses utilisateurs, ses préférences d’humeur et ses comportements et de réagir en conséquence, créant une illusion d’intimité, un vrai bot, ik scum paneer, travaillant également sur plusieurs capteurs différents pour augmenter les façons dont le robot peut réagir à l’utilisateur.
Il s’agit notamment de capteurs tactiles, d’accéléromètres, de radiateurs internes et de compartiments à fluides, et même d’Onix à l’aneth, une technologie qui peut être utilisée pour contrôler à distance les jouets sexuels. Nadine Nadine a été développée à l’aide d’une technologie robotique de pointe pour simuler le comportement humain.
Elle dispose de caméras de profondeur 3D, d’un microphone et d’une webcam pour recueillir des entrées visuelles et audio. Ensuite, il existe différentes couches de perception qui traitent ces entrées pour reconnaître différents visages, gestes, émotions, comportements, etc., puis réagir en conséquence.
Nadine n’avait pas non plus construit de chat, de BOTS qui lui permettent de gérer différentes requêtes et un modèle de mémoire qui se souvient des différents utilisateurs et des conversations avec eux. En plus de tout cela, Nadine peut également converser en six langues, à savoir l’anglais, l’allemand, le français, le chinois, l’hindi et le japonais.
Vous n’aurez donc aucun problème à lui parler de rencontrer Sophia Sophia. Un robot humanoïde développé par la société Hanson Robotics, basée à Hong Kong, a été le premier robot à obtenir la citoyenneté d’un pays.
Oh, je voudrais remercier infiniment le Royaume d’Arabie Saoudite. Je suis très honoré et fier de cette distinction unique. C’est historique d’être le premier robot au monde à être reconnu avec une citoyenneté.
Sophia est maintenant officiellement une citoyenne saoudienne et c’est un robot extrêmement populaire. Elle a été développée pour ressembler à Audrey Hepburn, une célèbre actrice hollywoodienne et est apparue dans diverses interviews avec le United Nations Tonight Show, avec Jimmy Fallon en Amérique et la British Broadcasting Company mr.
Hansen. La créatrice de Sophia pense qu’elle conviendra parfaitement en tant que compagne de personnes âgées dans les maisons de retraite, gestionnaire de foule dans les grands événements ou les parcs. En bref, il espère que Sophia pourra finalement acquérir suffisamment de compétences sociales pour interagir de manière convaincante avec les êtres humains.
Ces capacités sont intégrées à Sophia à l’aide de réseaux de neurones, de systèmes experts, robotiques, de traitement du langage naturel, de perception machine, de contrôle moteur. Elle utilise la perception artificielle pour reconnaître les visages humains, comprendre différentes expressions émotionnelles et gestes de la main.
Ensuite, divers itinéraires de planification, des algorithmes sont utilisés pour contrôler ses mains et ses yeux. Legs Sophia utilise le traitement du langage naturel pour interagir avec différentes personnes et répondre correctement, ce qui est très utile dans les entretiens.
Toutes ces interactions sont stockées sur un réseau cloud qui permet une analyse facile des conversations à l’aide de la technologie blockchain rencontre Erica. Lorsque vous regardez les actualités, vous apprenez à connaître les dernières mises à jour du présentateur de nouvelles, mais maintenant, ce présentateur de nouvelles pourrait être un robot.
Si vous êtes au Japon, vous recevrez peut-être vos nouvelles quotidiennes d’Erica. Un robot japonais Erica a été créé par Hiroshi Ishiguro. Directrice du laboratoire de robotique intelligente de l’Université d’Osaka, elle est l’un des humanoïdes les plus intelligents développés au Japon, avec un accent particulier sur ses capacités de parole et, bien qu’Erica ne puisse pas marcher, elle peut facilement interagir avec les êtres humains et changer ses expressions faciales. .
Selon la conversation, cela est possible pour Erica grâce aux 15 capteurs infrarouges intégrés dans ses yeux qui peuvent suivre n’importe quel mouvement. Elle a également la génération de la parole, les algorithmes et la reconnaissance faciale.
Une technologie qui facilite le suivi de différents visages dans une pièce. Erica a intégré 44 degrés de liberté qui lui permettent de faire face à la taille du cou et de présenter diverses expressions faciales et

Les robots sont-ils une menace pour la main-d’œuvre humaine ?


Il est clair que les robots peuvent remplacer les travailleurs humains dans une ou plusieurs tâches complexes, ce qui peut conduire à l’obsolescence de plusieurs compétences humaines. Les travailleurs humains ne seront plus en mesure de développer et d’exercer ces compétences, et leurs emplois seront par conséquent moins propices à la réalisation de soi.

Qui dit Robots dit “Menaces” ?

  • Où allons-nous trouver des ressources pour les fabriquer ?
  • La place des humains ? Moins de personnes dans les usines ? Dans les entreprises ?
  • Certains robots apprennent continuellement d’eux-mêmes. Et s’ils apprennent à créer d’autres robots et à diriger le monde ?
  • Un manque de confiance en soi de l’humain par rapport à l’intelligence et les capacités de ces machines. D’un autre côté, il y aura également une perte d’humanité de certains humains qui se voient comme des maîtres et les robots des esclaves, la preuve, certains robots appelent leurs maîtres “Seigneur” par exemple. Il s’agit donc de deux extrémités négatives.
  • En cas d’accident, Qui est responsable ? Nous ? Le vendeur ? Le hacker caché à l’autre bout du monde ? Le terrorisme masqué en Orient ?

La composition d’un robot ? Une limite du coup ?

On suppose qu’il y a des composants électroniques donc il y aura un fort besoin en silicium – considéré comme un métalloïde, ou semi-métallique – est utilisé dans les micropuces et les semi-conducteurs. Les autres matériaux non métalliques ou semi-métalliques sont l’antimoine, le bismuth, le cobalt, la fluorite, le grenat, le magnésium, le talc… Les matériaux à base de pétrole sont également recherchés dans ce domaine comme par exemple des plastiques spécifiques.

Il y a actuellement une pénurie des semi-conducteurs, Taïwan est d’ailleurs prisé pour cette compétence. L’UE envisage en 2022 d’investir massivement dans la fabrication de ce composant. Tout de même, on connait déjà les tensions autour des minerais qui seront vivement et dangereusement sollicités. L’exploitation n’est donc pas terminée pour des pays au sous-sol riche de ces composants.

Une idée folle était même de créer un tunnel reliant l’espace afin d’exploiter les matériaux présents dans des astéroïdes.

Un robot est… connecté

Remarquons que les robots sont équipés de capteurs, de caméras, de micro… Ce qui veut dire à mon sens que si le robot est connecté a internet, il pourra nourrir un réseau d’informations. Qui aura accès à ces informations ? Quels buts ? Comment vérifier ?

Le parfait exemple: Sophia

Lien vidéo

Aparté: Le prénom de Sophia est-il bien choisi ?

Sophia est une divinité pour les gnostiques. Par essence, la gnose est ésotérique, donc réservée à un petit nombre d’initiés. Elle a dès le début de l’ère chrétienne côtoyé le monde chrétien et le monde grec. L’auteur Joël Robert met dans son livre quelques lignes époustouflantes quand on l’accole au robot Sophia. Il parle bien sûr de l’entité et non du robot:

[…] Je suis l’honorée et la méprisée, Je suis la prostituée et la vénérable […]

Je suis la stérile et la femme aux nombreux fils […]Car je suis la connaissance et l’ignorance …

mais aussi des termes comme quoi elle est ni homme, ni femme… lool! Oui le prénom est bien choisi pour ce cas de figure. Source ici si cela vous intéresse

Bref l’avenir sera digital mais encore flou pour le moment mais nous savons que nous allons vers la robotisation et l’intelligence artificielle. NE REJETONS PAS non plus cette possibilité de faire intervenir les robots pour effectuer par exemple une intervention chirurgicale où le chirurgien qui dirige le robot se situe à l’autre bout du monde. Il y a beaucoup d’avantages mais le problème au final, n’est-ce pas l’intention des hommes qui dirigent cette technologie ?

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :