ContestationsAmérique latine

Equateur: hausse des prix, grèves et arrestation d’un chef indigène

Equateur: hausse des prix, grèves et arrestation d’un chef indigène entre autres arrestations… Le cocktail est au rendez-vous pour que les tensions montent…

La police équatorienne affronte actuellement des manifestants, et cela depuis l’arrestation par les autorités du leader d’un mouvement indigène, alors que son organisation appelait à un soulèvement populaire à la suite de barrages routiers dans tout le pays pour protester contre le prix élevé du carburant.

L’arrestation de Leonidas Iza, leader de la puissante Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (Conaie), a suscité l’indignation. Les autorités ont déployé des policiers en tenue anti-émeute et des soldats pour monter la garde devant le bureau du procureur général où il était détenu dans l’attente d’une audience.

Equateur: hausse des prix, grèves et arrestation d’un chef indigène
Iza

Les manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment en tenant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire “Liberté pour Iza !” et “Nous ne sommes pas des gens violents, nous sommes des gens en résistance”.

Dans la capitale Quito, des véhicules de police ont été incendiés et des manifestants ont allumé des feux dans les rues.

Des troubles ont également éclaté dans la ville andine de Latacunga, où des membres du mouvement indigène ont déclaré que plusieurs personnes avaient été blessées lorsque la police a déployé des gaz lacrymogènes.

La police a déclaré qu’un groupe d’officiers avait été attaqué et était retenu en captivité, mais les responsables n’ont pas précisé combien ils étaient.

“On ignore où ils se trouvent”, a déclaré la police sur Twitter.

Iza, un dirigeant de la communauté Kichwa-Panzaleo, avait été arrêté à Pastocalle, à environ 20 km au sud de Quito, sur des soupçons de “sabotage”, selon le ministère de l’Intérieur.

Pastocalle a été le point de mire des manifestations organisées par la Conaie contre la hausse des prix du carburant et du coût de la vie. Lundi, des manifestants ont bloqué des routes dans tout le pays, dont certaines sont restées obstruées le lendemain.

La Conaie a confirmé l’arrestation d’Iza, 39 ans, condamnant sa détention comme “arbitraire et illégale” et appelant à une “radicalisation” des protestations.

“Nous appelons notre structure organisationnelle à un grand soulèvement indigène et populaire”, a tweeté Conaie après l’arrestation d’Iza.

En 2019, les manifestations menées par Conaie ont fait 11 morts et ont forcé le président de l’époque, Lenin Moreno, à abandonner ses projets de suppression des subventions aux carburants.

Le groupe est également crédité d’avoir aidé à renverser trois présidents entre 1997 et 2005.

L’Équateur, producteur de pétrole, a été frappé par la montée de l’inflation, du chômage et de la pauvreté – des problèmes exacerbés par la pandémie de coronavirus.

Le président Guillermo Lasso a prévenu dimanche que le gouvernement ne permettrait pas aux manifestants de s’emparer des routes ou des installations pétrolières de l’Équateur.

Mais Iza a insisté sur le fait que les manifestations se poursuivraient aussi longtemps que nécessaire.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :