Vidéos

Code de Nuremberg – Nous pouvons arrêter leur film

Liberté contre pass – avec le Code de Nuremberg, Nous pouvons arrêter leur film!!! Ce ne sont pas les seules droits, lois qui existent mais c’est le sujet de cette page. Nous devons connaître nos droits et les faire fonctionner! Beaucoup connaissent déjà ce texte, partagez à ceux qui l’ignorent encore !

Il y a que nous qui pouvons agir pour notre liberté

Source

Code de Nuremberg – Rémy Tell

Source

Code de Nuremberg

  1. Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela signifie que la personne concernée doit avoir la capacité juridique de donner son consentement ; qu’elle doit être dans une situation telle qu’elle puisse exercer le libre choix, sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, d’abus ou de toute autre forme de contrainte ou de coercition ; et qu’elle doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes des éléments du sujet concerné pour lui permettre de prendre une décision compréhensible et éclairée. Ce dernier élément exige qu’avant l’acceptation d’une décision affirmative par le sujet expérimental, celui-ci soit informé de la nature, de la durée et du but de l’expérience, de la méthode et des moyens par lesquels elle sera menée, de tous les inconvénients et dangers auxquels il est raisonnable de s’attendre, ainsi que des effets sur sa santé ou sa personne qui pourraient résulter de sa participation à l’expérience.

Le devoir et la responsabilité de s’assurer de la qualité du consentement incombent à chaque individu qui initie, dirige ou participe à l’expérience. Il s’agit d’un devoir et d’une responsabilité personnels qui ne peuvent être délégués impunément à une autre personne.

  1. L’expérience doit être de nature à produire des résultats fructueux pour le bien de la société, non curables par d’autres méthodes ou moyens d’étude, et non aléatoires et inutiles par nature.
  2. L’expérience doit être conçue et fondée sur les résultats de l’expérimentation animale et sur la connaissance de l’histoire naturelle de la maladie ou de l’autre problème étudié, de telle sorte que les résultats attendus justifient la réalisation de l’expérience.
  3. L’expérience doit être conduite de manière à éviter toute souffrance ou blessure physique ou mentale inutile.
  4. Aucune expérience ne doit être menée lorsqu’il y a une raison a priori de croire que la mort ou une blessure invalidante se produira ; sauf, peut-être, dans les expériences où les médecins expérimentateurs servent également de sujets.
  5. Le degré de risque à prendre ne doit jamais dépasser celui déterminé par l’importance humanitaire du problème à résoudre par l’expérience.
  6. Des préparatifs appropriés doivent être faits et des installations adéquates doivent être fournies pour protéger le sujet expérimental contre toute possibilité, même lointaine, de blessure, d’invalidité ou de mort.
  7. L’expérience ne doit être menée que par des personnes scientifiquement qualifiées. Le plus haut degré de compétence et de soin doit être exigé, à toutes les étapes de l’expérience, de ceux qui la conduisent ou y participent.
  8. Au cours de l’expérience, le sujet humain doit avoir la liberté de mettre fin à l’expérience s’il a atteint l’état physique ou mental où la poursuite de l’expérience lui semble impossible.
  9. Au cours de l’expérience, le scientifique responsable doit être prêt à mettre fin à l’expérience à n’importe quel stade, s’il a des raisons probables de croire, dans l’exercice de la bonne foi, de la compétence supérieure et du jugement prudent qui sont exigés de lui, que la poursuite de l’expérience risque d’entraîner une blessure, une incapacité ou la mort du sujet expérimental.

Source

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :