FILE PHOTO: The Pfizer logo is pictured on their headquarters building
FILE PHOTO: The Pfizer logo is pictured on their headquarters building in the Manhattan borough of New York City, New York, U.S., November 9, 2020. REUTERS/Carlo Allegri/File Photo

Pfizer, une nouvelle fois, pris la main dans le pot de confiture. Trois ans après l’arrivée de la pandémie à COVID-19, le laboratoire américain continue de faire parler de lui. Cette fois-ci, c’est en Californie que des révélations accablantes risquent de le mettre dans l’embarras.

Entre 2021 et 2022, Pfizer a versé plus de 8,5 millions de dollars à des élus dans tous les États-Unis, dont 162 400 dollars spécifiquement aux législateurs californiens. Pendant que les Californiens étaient confinés, que leurs enfants étaient exclus des écoles, et que les entreprises étaient fermées, des élus californiens acceptaient des contributions politiques de Pfizer.

Pfizer a donné 133 000 dollars à de nombreux membres de l’Assemblée californienne et 29 400 dollars à plusieurs sénateurs californiens. Ces contributions ont soulevé des questions sur l’influence du géant pharmaceutique dans la promotion des vaccins et la gestion de la crise sanitaire.

Pendant ce temps, le scandale du Pfizergate émerge en Europe. Les procureurs européens enquêtent sur des allégations de comportement criminel dans les négociations de contrats de vaccins entre Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et le PDG de Pfizer. Bien que les enquêtes soient en cours, personne n’a encore été inquiété. On se souvient également de certaines affaires nationales comme François-Xavier Lescure, proche d’Olivier Véran, soupçonné d’avoir perçu des rémunérations provenant de Pfizer…

Ces affaires, tant en Californie qu’en Europe, soulèvent de sérieuses préoccupations concernant la transparence et l’intégrité des décisions prises pendant la pandémie. Les soupçons de corruption et de conflit d’intérêts ébranlent la confiance des citoyens dans les mesures sanitaires et les institutions publiques.

Vous aimerez aussi

Paris 2024 : La piscine olympique, un gouffre financier abyssal à 5 mois des Jeux

Mesdames et Messieurs, accrochez-vous à vos maillots de bain, car nous sommes…

Au Havre, le RN cherche la formule pour surfer sur la contestation sociale

Au Havre, le RN cherche la formule pour surfer sur la contestation…

Le 8 mai 1945 le peuple algérien s’invite révolutionnairement aux cérémonies des Libérations nationales

Le 8 mai 1945 le peuple algérien s’invite révolutionnairement aux cérémonies des…

Pas de normalisation diplomatique, mais une « architecture »

Pas de normalisation diplomatique, mais une « architecture » Lire l’article >>