Le Mandat d'Arrêt contre Benyamin Netanyahou par la CPI Toujours Incompris par une Partie de l'Opinion Française

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a récemment demandé un mandat d’arrêt contre Benyamin Netanyahou, Premier ministre d’Israël, pour des accusations graves de crimes de guerre et crimes contre l’humanité en lien avec le conflit israélo-palestinien.

Cette demande marque une étape significative dans les efforts de la CPI pour juger les dirigeants nationaux responsables de violations des droits humains.

Contexte de la demande

Le conflit israélo-palestinien, exacerbé par des décennies de violences et de tensions, a vu de nombreuses accusations de crimes de guerre commis par les deux parties. Le bureau du procureur de la CPI a rassemblé des preuves sur une période prolongée, examinant des allégations de violations graves des droits humains, notamment la famine délibérée et les déplacements forcés de la population de Gaza.

Le texte déposé au Sénat par Mme Raymonde Poncet Monge et ses collègues appelle à saisir la Cour pénale internationale (CPI) concernant la situation à Gaza, en se fondant sur les atrocités commises depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre 2023 et les ripostes israéliennes subséquentes en évoquant le préambule de Statut de Rome de la CPI.

Le document décrit un effondrement humanitaire marqué par des milliers de morts civils, principalement des femmes et des enfants, et accuse les autorités israéliennes de graves violations du droit international humanitaire. Il cite des informations crédibles selon lesquelles Israël aurait commis des crimes de guerre et possiblement des crimes contre l’humanité ou de génocide, justifiant ainsi l’appel à une enquête de la CPI pour établir la vérité et la responsabilité des crimes perpétrés.

Le texte s’appuie sur les principes du Statut de Rome et sur des résolutions antérieures de l’ONU, soulignant l’urgence d’une intervention pour protéger la population civile de Gaza et garantir la justice.

Cependant, certains médias grand public et politiques en France s’opposent à la position de la CPI, car ils estiment que cela met Israël mal à l’aise et tend à aligner Israël et le Hamas dans la même posture, une comparaison qu’ils jugent inappropriée et salissant l’image de ce premier.

Accusations contre Netanyahou

Les accusations contre Netanyahou se concentrent sur des actions présumées de l’État d’Israël, dirigé par lui, visant à affamer délibérément la population de Gaza en interrompant l’approvisionnement en nourriture, en eau potable, en électricité et en carburant.

Ces mesures, qualifiées par certains comme des formes de punition collective, sont considérées comme des crimes contre l’humanité selon le Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI.

Espionnage et intimidation de la CPI

Il a été révélé qu’Israël aurait espionné et intimidé la CPI pendant près de dix ans pour éviter une enquête approfondie sur les crimes de guerre présumés en territoire palestinien. Des actions telles que la surveillance des procureurs de la CPI et des tentatives d’intimidation de leur famille ont été rapportées, ce qui constitue une grave entrave au fonctionnement indépendant de la justice internationale.

Israël a mené une “guerre secrète” pendant près d’une décennie contre la Cour pénale internationale (CPI) pour empêcher les juridictions pénales internationales d’enquêter sur ses crimes présumés commis dans les territoires palestiniens.

Dans une enquête publiée par le quotidien britannique The Guardian et deux médias indépendants israélo-palestiniens en ligne, +972 et Local Call, il a été révélé comment Israël aurait déployé ses agences de renseignement pour surveiller, pirater, faire pression, diffamer et menacer les hauts responsables de la CPI afin de saboter les poursuites pour crimes de guerre à son encontre.

Le Mossad aurait notamment intercepté les communications des fonctionnaires de la CPI, y compris le procureur général actuel, Karim Khan, et sa prédécesseure, Fatou Bensouda, dans le but de faire dérailler les investigations susceptibles de lui porter préjudice.

Réactions internationales

La demande de mandat d’arrêt contre Netanyahou a suscité des réactions variées à l’international. Certains dirigeants, notamment des États-Unis, ont exprimé leur opposition, qualifiant les mandats d’arrêt de “scandaleux”, ce qui pourrait être perçu comme une forme de pression sur la CPI.

Toutefois, le bureau du procureur de la CPI maintient que sa décision est fondée sur des preuves solides et une consultation avec des experts indépendants.

Impact et perspectives

Cette demande de mandat d’arrêt est historique, car elle démontre la volonté de la CPI de poursuivre des dirigeants nationaux en exercice pour des crimes graves. Elle souligne également la nécessité d’un soutien international robuste pour assurer que les responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité soient tenus pour responsables, indépendamment de leur position ou de leur pouvoir politique.

La capacité de la CPI à obtenir le déferrement de Netanyahou et d’autres dirigeants israéliens visés dépendra largement de la coopération internationale et de la pression exercée par les Nations Unies et d’autres organisations internationales.

Si les mandats d’arrêt sont effectivement émis et exécutés, cela pourrait représenter un tournant majeur dans la lutte contre l’impunité pour les crimes internationaux.

De plus, soulignons que Benyamin Netanyahou a permis le financement du Hamas qu’il accuse pourtant. Cette stratégie visait-elle à cibler les civils palestiniens pour avoir le contrôle sur Gaza ? Suivez le lien ci-dessus, tout cela est troublant !

Cette vidéo de Blast montre que tous les médias ne sont pas endormis. Il y a eu des révélations dans les médias, mais aucune n’a été relayée !

Le Mandat d’Arrêt contre Benyamin Netanyahou par la CPI : Une Mesure Encore Mal Comprise en France

Regarder sur Youtube: “NETANYAHU : LE BOURREAU DE GAZA SOUS PRESSION”

A Voir Egalement

Vous aimerez aussi

Guerre Sociale en France : Entre Réformes, Tensions et Conflits

27/09/2023 – La Guerre Sociale en France : Exploration des Tensions, Réformes…

2022 : Un bilan qui dépote

2022 : Un bilan qui dépote Lire la suite >>

La Grande-Bretagne arme l’Ukraine pour frapper la Crimée

La Grande-Bretagne arme l’Ukraine pour frapper la Crimée Lire l’article ici (vers…

Le Burkina Faso expulse des correspondantes du Monde et de Libération

Le Burkina Faso expulse des correspondantes du Monde et de Libération Lire…