News

Même pas mal !


  1. Campagne de dons Janvier 2023

    Chers amis lecteurs. 2023 devrait être une année majeure dans le dévoilement de tous les mensonges qui ont permis à certaines puissances de prendre le contrôle de toute l’humanité. Le Great Reset aura peut-être bien lieu cette année, mais pas comme le voudrait le WEF de Davos. En parallèle des guerres économique et militaire, la guerre médiatique est de plus en plus virulente et la nécessité pour les médias alternatifs d’être prêts à y faire face est plus qu’urgente. A Réseau International, nous avons décidé de passer à une étape supérieure avec tous les moyens nous permettant d’être au rendez-vous des grands chamboulements qui nous attendent. Pour cela, nous avons besoin de vous et de votre soutien.

    Total de dons 12 446,00 € sur un objectif de 25 000,00 €

par Patrick Reymond

Pour la population russe, la guerre pour le moment, c’est « même pas mal », comparé à l’effondrement des années 1990, et les souvenirs de la Grande Guerre patriotique, s’il y a un peu d’inflation, les magasins sont pleins, et les pertes humaines, s’ils y en a, mesurées, et les familles grandement aidées, au contraire de la période 1941-1945, où elles ne recevaient que les médailles des défunts, et parfois un argent qui ne servait à rien en travaillant quelquefois jusqu’à mourir d’épuisement.

« À titre d’exemple, il a cité des données d’enquête auprès des Russes : les citoyens ont déclaré qu’après l’effondrement de l’URSS, les événements actuels ne sont « rien ». Les sanctions occidentales, bien sûr, ont eu un certain impact sur la Fédération de Russie, mais n’ont pas causé de graves difficultés ».

On est loin ici d’un Stéphane B qui prétend faire des efforts « en n’allant pas en vacances à l’étranger » (en avion bien sûr), après le covid…

Autosuffisance alimentaire, et même position exportatrice monstrueuse, même chose pour l’énergie, il y a peu de chances que le pays s’effondre sous le poids de sanctions que même les auteurs de ces sanctions, contournent.

On sait très bien, en achetant du gazole en Inde, qu’il s’agit de gazole russe… (Plus cher, bien sûr !)…

En France, si la consommation de produits pétroliers rebondit, le niveau de 2019 n’est toujours pas atteint.

Au total, les livraisons de produits pétroliers énergétiques augmentent de 3,7% sur l’année pour s’établir à 53,507 millions de tonnes, sans retrouver leurs niveaux d’avant covid (- 5,4% par rapport à 2019). (Contre 56.5 mt en 2019).

En France, il y a 50 ans, on consommait 110 millions de tonnes de produits pétroliers. Il reste que les boulangers qui sont restés au fioul, s’en tirent nettement mieux que ceux qui ont accepté le cadeau empoisonné d’une subvention de 50%. Il y a 40 ans, j’ai vu mieux. Des fours électriques, subventionnés à 90% TTC, donc, plus de 100% HT, qui mirent des entreprises en faillite. Là où je travaillais à l’époque, comme nous tenions une comptabilité analytique, le four en question fonctionnât un mois. Après, il eut une longue période d’inactivité se comptant en décennie, avant de finir à la ferraille. Timeo Danaos et dona ferentes. « Je me méfie des grecs, même s’ils viennent les bras chargés de cadeaux ». Je rajouterais, « surtout s’ils viennent les bras chargés de cadeaux ».

EDF et le nucléaire ont été une plaie pour la France.

On pourrait rajouter aussi, « Je crains Bruno Le Maire, quand il nous dit que tout va bien ».

On pourrait rajouter aussi, « Je crains tous ceux qui nous annoncent la victoire de l’Ukraine ».

Dans l’effondrement occidental, les mairies se distinguent : « Christian Estrosi va « décaler » un tiers des projets engagés par la Ville et la Métropole : voici lesquels ». Un bel inventaire à la Prévert de trucs et de machins, tous plus inutiles les uns que les autres. Le côté satisfaisant, c’est que cela ne se fera jamais, pour les choses « décalées ». « La remise à niveau d’équipements culturels : l’opéra, le musée Chéret, le 109, le palais de Marbre, le muséum d’histoire naturelle, etc… »

« L’Allemagne a créé son propre bourbier : la crise du charbon, symbole des contradictions allemandes ». Il n’y a pas de contradictions. L’Allemagne, comme tout le monde refuse de dire et même de voir la vérité, le temps des pénuries d’abord énergétiques, puis généralisées, est arrivé. Le secteur nucléaire est sans doute le plus fragile, parce que sans les fermetures nipponnes et allemandes, on aurait atteint un point de rupture dans les approvisionnements, qui apparait seulement maintenant. En Europe, avec l’affaire ukrainienne et le décervelage, la corruption et l’imbécilité des gouvernants, on a grandement accéléré un processus clairement engagé.

Clairement, pour les engrais, on atteint aussi un point de rupture. On va être dans la merde jusqu’au coup, et pas au sens figuré. Vous serez prié de creuser des WC dans vos jardins, et ne plus gaspiller une ressource si précieuse en tirant la chasse. Vous pourrez aussi le mettre dans votre composteur à méthane. Comme la merde vaudra de l’or, je me demande si les pauvres seront autorisés à chier ?

source : La Chute



Lire l’article ici (vers la source)>>



Most Popular

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Copyright © 2023 |

To Top